big brother is watching u

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 575

métier/études : mannequin, chanteur -danseur et chorégraphe.

logement : chuo (ginza)

avatar
forgive me, sadaaki noah ☾ Ven 14 Juil - 15:22

forgive me

sadaaki noah


tenue&cheveux tu oses. encore et encore -tu espères pouvoir l'approcher, lui parler. échanger un mot (tu n'en demande pas plus). mélancolie, elle te prends sereinement alors que ton âme suffoque : tu voudrais juste être à ses côtés. comme avant. -oui. qu'il te regarde simplement, qu'il te parle à travers ses pupilles. qu'il vienne jusqu'à toi avec sa retenue familière et qu'il pose sa main sur ta personne. (oui tu en rêve) -de pouvoir  le prendre contre toi. sentir son coeur battre. sentir sa respiration. pouvoir poser ton visage au creux de sa tête. l'enlacer. l'aimer. (lui dire).

fantasme qui s'arrache et qui se perd :  te voilà face à la demeure familiale. celle où tu as grandis. où tu les a vus se chamailler et vivre. (jusqu'à ton départ improvisé et non désiré). tu passes la porte d'entrée, la poussant simplement. ton géniteur est absent (par chance). ta mère vient t'accueillir -les bras ouverts, souriante et heureuse. tu as toujours peur de revenir ici. de poser les pieds dans ce hall inconnu (parce que tu t'es forcé à tout oublier.) -il ne perdure là, que les rires enfantins de t'es frères. leurs courses et leurs mots. elle t'annonce que le dernier est absent (mais tu le sais). tu n'es pas là pour lui, pour une fois. non. tu embrasses chaleureusement cette femme qui t'a aimé, qui t'a porté et qui t'a élevé.

tu sais qu'il t'a entendu. tu sais qu'il ne descendra pas jusqu'à toi (pourquoi le faire ?). tu ne précipiteras pas les choses, alors tu décides de rester une bonne heure avec elle, au salon... avant que tu ne te décides réellement. je... je vais voir noah. toi. le grand roi, terrifié à l'idée de te retrouver seul avec ton frère. tu soupires légèrement, avant d'affronter ses grands escaliers en marbre. tu sais que ta mère te suivras, qu'elle restera en retrait (jamais loin).
tu traverses le couloir. tu as l'impression d'approcher de ta mort (condamné). ton coeur bat vite. trop vite et t'es doigts se serrent sur la poignet de sa porte. tu hésites, avant de frapper doucement sur le bois (deux coups). annonçant ta venue, tu ouvres lentement la porte : il est là.

ta respiration se tait. (elle se meurt) -respire. tu lui souris comme si de rien n'était, alors que tu te sens périr. bonjour, noah. grand frère bienveillant. tu l'aimes. -tu l'aimes et ta conscience pleure ô combien il te manque. tu ne bouges pas, afin de ne pas empiété encore un peu plus dans sa chambre (dans sa vie). tu vas bien? inquiet pour la santé de ton amour, inquiet de le savoir vivre le calvaire à ta place. tu t'en veux. tu t'en voudras jusqu'à la fin. -pour tout. je -c'est un peu soudain mais ça te gênes si on sort un peu ? tu as sauté dans le vide. un suicide. tu sais qu'il va te rejeter, mais pourquoi ne pas encore essayer.

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
tokyo citizen | usual suspect

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 31

métier/études : étudiant en économie

avatar
Re: forgive me, sadaaki noah ☾ Ven 14 Juil - 17:00

forgive me

sadaaki joshua


tenue&cheveux Noah restait parfois -pour ne pas dire systématiquement- des heures entières cloîtrées dans sa chambre, à réviser. En particulier lorsque Ren n'était pas dans les parages, sa chambre se transformait en bureau. Le reste de la maison était bien souvent plongé dans un silence lorsqu'il était absent, et Noah parvenait à entendre tout ce qui se passait, même en étant à l'étage. Il avait donc entendu quelqu'un entrer, et avait vite mis une tête sur ce quelqu'un. Cette voix n'était plus aussi familière qu'avant, mais il n'en restait pas moins qu'il l'écoutait souvent à travers les MV de son grand frère, de l'idole. Il aimait bien, même s'il ne se l'avouait pas. Il n'avait néanmoins pas bouger de sa chaise de bureau pour descendre et accueillir -comportement malpolie que seule sa mère lui reprochait de temps en temps. Mais Noah était très doué, pour prendre les remarques, sans s'en offusquer.

Les choses avaient finit par reprendre leur cours après quelques minutes ; le jeune garçon s'était replongé dans son cours sans se préoccuper de ce qui se déroulait en bas. A tel point que seul le moment où on frappa à la porte le fit décrocher le regard de ses notes, pour se river sur Noah et ce sourire qu'il était incapable de lui rendre. « Bonjour » répondit-il, avec une point de nervosité dans sa voix d'habitude si calme et presque condescendante. Il était surpris de le voir débarquer dans la chambre. Il reprit toutefois vite ses habitudes et ne se montra pas très bavard ; lui offrant un simple hochement de tête en guise de réponse à sa question. C'était un automatisme qu'il avait plus ou moins développé à chaque fois qu'il se trouvait confronté à cette question.

De la même façon, il déclinait toujours avec la même excuse une invitation. « J'ai des devoirs... » commença-t-il avant de croiser le regard de leur mère, qui se tenait sagement derrière, dans l'embrasure de la porte. Son regard était doux, comme d'habitude, mais il y décela aussi autre chose qui le poussa à accepter cette proposition qui prenait soudainement l'allure d'une obligation qu'il aurait bien souhaiter pouvoir éviter. Joshua avait raison ; c'était trop soudain. « D'accord », et sa réponse le fut tout autant. Ça le gênait d'avoir à sortir avec lui, surtout en sachant que Ren n'était pas dans les parages. « Ren n'est pas là » se sentit-il d'ailleurs un peu obligé d'ajouter, car son grand frère ne venait jamais pour lui (pas qu'il sache, en tout cas). Pourtant, il était prêt à mettre sa main à couper qu'il avait eu vent de l'absence de Ren, qui passait la journée chez un ami. Alors que faisait-il ici ? Depuis quand voir son grand frère au sein de la maison familiale lui paraissait-il si étrange ? Il y a quelques années, il en aurait été le premier à s'en réjouir (à accourir vers son frère sans pour autant lui sauter dans les bras, car cette retenue avait toujours fait parti intégrante de lui), mais les années avaient visiblement changer beaucoup de chose, et en avait fait disparaître tout autant. Joshua avait dû s'en aller, et plus rien n'avait jamais été pareil.

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
big brother is watching u

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 575

métier/études : mannequin, chanteur -danseur et chorégraphe.

logement : chuo (ginza)

avatar
Re: forgive me, sadaaki noah ☾ Ven 14 Juil - 18:32

forgive me

sadaaki noah


tenue&cheveux il te regarde et ton coeur balance. -nauséeux, tu as peur. -tu regrettes d'être venu ici, de lui avoir demandé de t'accompagner. pourquoi est-ce que tu vois cela en mal. après tout, tu ne peux rien changer. (tout à toujours été de ta faute). j'ai des devoirs... tu prétends comprendre. du moins c'est ce que tu t'efforces de faire ressortir. parce que s'il n'avait pas été là (avec votre mère) tu serais sûrement déjà partis. tu aurais quitté la pièce, pleurant à ton âme ô combien tu n'arrives plus à vivre avec ce poids. t'es lèvres s'ouvrent (difficilement). tu dois lui répondre. -oui. tu dois lui répondre pour donner raison à votre père. pour que ton cadet puisse vivre en paix. d'accord tu aurais mal entendu. t'es espoirs te font entendre ce que tu voudrais avoir de lui... alors tu tournes ton visage vers cette femme si bienveillante. -non, tu ne rêves pas. tu essaies (oui tu essaies) de paraître le moins choqué possible... ton coeur se sert. il te fait mal. (respire). le stresse te prendre : tu n'avais rien préparé, tu ne t'y attendais absolument pas. euh -super. on décolle d'ici vingt minutes.. si ça te conviens. toujours lui laisser le choix. toujours se plier à sa volonté propre. ren n'est pas là tu sais qu'il n'est pas à l'aise sans son jumeau. -parce qu'au final c'est lui qui offre le seul lien possible entre vous deux. oui. je sais. -on ira le chercher. parce qu'il te l'a demandé, d'une part. et puis cela permettait de donner une fourchette de temps à ton frère, lui donnant autant de repaires que tu le pouvais. tu lui souris, gentiment. parfois tu aimerais savoir ce que votre père lui a dit de toi. -tout ne doit pas être faux (malheureusement).

lentement tu t'écartes, refermant la porte derrière toi. ta mère tente de t'approcher mais tu la repousse (sans grand geste). tu descends simplement, attrapant ton téléphone, ton paquet de cigarette (que tu ne quittes jamais) pour enfin terminer dehors, assis sur la première marche en marbre. t'es mains trembles et tu peines à allumer la belle. tu préviens ton compagnon que tu rentrerais plus tard finalement (ne pensant pas passer le reste de l'après midi avec ton frère). tu l'attends. comme tu le feras toute ta vie.

un sourire. les larmes te montent : heureux. -tu l'es, un peu trop même à cet instant. putain.

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
tokyo citizen | usual suspect

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 31

métier/études : étudiant en économie

avatar
Re: forgive me, sadaaki noah ☾ Sam 15 Juil - 0:00

forgive me

sadaaki joshua


tenue&cheveux Garçon trop obéissant, à chercher à satisfaire les demandes de tous, il s'en mordait les doigts. Voilà à quoi il pensait, alors qu'il confirmait qu'il serait prêt d'ici vingt minutes, et après avoir entendu qu'ils iraient chercher Ren. Ce dernier point le rassurait un peu, car être en présence de Ren lui donnait du courage (et son frère était doué pour ramener l'attention sur lui, ce qui arrangerait bien les affaires de Noah en ce moment même qui n'était pas à l'aise sous le regard épanoui de sa mère, et celui de Joshua quelque peu... surpris?). Quoi qu'il en soit, Noah avait fini par se lever, s'étirer un peu (faisant craquer quelques os au passage, après être rester dans la même position aussi longtemps), puis une fois de nouveau seul dans sa chambre, il s'était étalé de tout son long sur son lit, sans jamais sembler vouloir s'en relever [...].

Il avait fini par le faire -se redresser de son lit- et s'était muni d'une paire de chaussure qu'il enfila tranquillement pour gagner du temps. Ses cheveux bruns lui tombaient un peu dans les yeux, mais ce détail ne paraissait pas le gêner le moins du monde. Il quitta donc sa chambre, descendit les escaliers et sous les paroles de sa mère, il partit rejoindre son frère qui l'attendait déjà dehors. Il était sorti sans un bruit, à tel point que sa sortie en était passer inaperçue. Revoir Joshua ainsi face au jardin lui faisait un peu bizarre, le replongeant quelques années auparavant lorsqu'ils jouaient tous ensemble sur ce même jardin. Il ne l'avait pas particulièrement ressenti à l'intérieur, car au fil des années, leur intérieur avait forcément changer à de nombreuse reprise, mais le tableau qui se dressait à présent devant lui semblait être exactement le même qu'à ses 8 ans. « On y va ?  » avait-il fini par demander, plus pour signaler sa présence qu'autre chose. Où allaient-ils ? Ça, c'était une tout autre question, mais il se voyait mal resté planté là sous l’œil curieux de maman qui se tenait à la fenêtre. « T'as fumé ? », Il n'avait pas de remarque à en faire, pas de raison d'en être surpris (leur père l'avait suffisamment briefer à ce propos), alors pour clore le sujet, il avait détourné le regard comme il sait si bien le faire.  

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
big brother is watching u

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 575

métier/études : mannequin, chanteur -danseur et chorégraphe.

logement : chuo (ginza)

avatar
Re: forgive me, sadaaki noah ☾ Sam 15 Juil - 13:56

forgive me

sadaaki noah


tenue&cheveux un silence qui t'apaise. sincérité de l'instant qui te meurtrie sans aucun état d'âme. tu pense à lui, tu pense à vous. à votre mal-être, à votre vie. dans ce jardin, bonté séparée par la mort. tu le revoit là, allongé à terre alors que tu le maintenait en vie. tu avais peur. -trop peur. tu n'as pas pleuré parce que tu n'en a pas eu la force (sur le moment). à jamais tu t'en voudras. à jamais tu lui demanderas pardon. par amour. parce qu'il est ton frère, l'enfant pur et serein. l'enfant que tu n'as jamais été. -l'enfant détruit et affaiblit à cause de ton égoïsme. mais à travers cela tu entends ses rires (discrets), ses pas et tu l'images encore enfant jeter sa balle haut. si haut qu'elle touchait ce foutu panier.

on y va ? un sursaut. t'es pensées, t'es souvenirs te submergent : tu ne l'as pas entendu arriver. sa voix douce, ses regards fuyants. qu'est-ce que tu l'aimes. tu te lèves simplement, sortant ton téléphone et t'es clés de voiture de ta poche, t'es cigarettes déjà rangées. t'as fumé ? tu ne sais pas comment aborder les choses, si ça le dérange, s'il s'en fou. alors tu lui souris naturellement (comme toujours). ouais, désolé. tu t'excuses par principe. pour lui. alors tu entames la marche, inclinant légèrement ton corps vers votre mère qui vous observes. heureuse et stressée (pour toi). parce qu'elle sent ton anxiété.

ta voiture est à l'extérieur de la propriété : habitude prise car lorsque tu viens, ton père est présent. alors tu ne rentres pas totalement... du moins en apparence. de loin, tu l'ouvre et tu redoutes un peu d'être enfermé dans cet habitacle en compagnie du cadet. bien que tu en rêvais, te retrouver devant le fait accompli... ah, c'est plus compliqué.
ta richesse, ta grandeur. tout en toi et en ce que tu possèdes prouves ces valeurs. alors tu pénètres à l'intérieur de ton véhicule, attendant que l'enfant fasse de même pour démarrer. tu soupires un peu (par habitude et non par désagrément), partant enfin de cet enfer.

tu éloignes l'angelot de l'enfer (au moins quelques heures). tu voudrais lui faire oublier, lui faire penser à autre chose. le faire vivre, découvrir. le faire aimer, voyager. -mais à t'es côtés... penses-tu. raconte-moi noah. ligne droite, tu tournes légèrement ton visage en sa direction, un rictus plaisant sur le coin de t'es pulpes. raconte-moi comment ça se passe. l'école, les amis. votre père. votre mère. avec ren, tu le sais. mais qu'il te raconte aussi... qu'importe. tu veux l'entendre. tu veux pouvoir l'écouter et le contempler. tu veux pouvoir partager et discuter avec cet ange, que tu as peur de frôler de t'es doigts. en plus les cours sont bientôt terminés. -tu le sent comment cette année ? intérêt, tu penses à son avenir (que tu as gâché). pardonne-moi.

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
tokyo citizen | usual suspect

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 31

métier/études : étudiant en économie

avatar
Re: forgive me, sadaaki noah ☾ Sam 15 Juil - 17:00

forgive me

sadaaki joshua


tenue&cheveux Des excuses de sa part pour cette question qu'il avait posé (et qui n'avait au final, strictement aucune importance car il ne parvenait pas à le juger pour si peu comme leur père le faisait avec tant d'aisance) n'étaient pas attendu, Noah en avait donc été légèrement surpris, et s'était contenté d'un haussement d'épaule pour y répondre. Heureusement pour lui, ils bifurquèrent rapidement sur autre chose. Un silence, pesant, qui malgré tout mettait le plus jeune un peu plus à l'aise, lui qui devenait si maladroit lorsqu'il s'agissait de communiquer avec son grand frère. Avec leur mère aussi, ses échanges étaient bien souvent brefs et poli.

Arrivé à la voiture, Noah n'ouvrit toujours pas la bouche, mais il n'en pensait pas moins. Ren lui en avait déjà parler, l'avait informé sur le modèle -et lui avait vanté ô combien elle était magnifique. Il n'avait effectivement pas tord... ce n'était pas le genre de voiture qui passait inaperçu. Pour autant, il s'installa sur le siège passager, s'attacha comme il le ferait dans n'importe quelle autre voiture ; seul son regard curieux qui balayait un court instant l'intérieur le trompa. Il finit tout de même par s'en détourner, pour se coller contre la vitre et voir ce paysage qu'il connaissait tant défilé devant ses yeux. Sans même le vouloir, tout chez lui, même dans la façon dont il se tenait, démontrait qu'il cherchait à prendre ses distances par n'importe quel moyen. Il ne savait pas avec exactitude quand il avait commencé à avoir cette attitude, mais elle semblait désormais bien trop ancré en lui pour qu'il puisse s'en défaire.

Il fallut que Joshua engage la conversation le premier, pour qu'il détourne ses yeux sombres dans ceux de son frère, qui avait choisi le même moment pour le faire. Les sourcils de Noah ne tardèrent à se froncer, comme s'il était trop stupide pour saisir la signification de la question posée. Raconte moi Noah [...] raconte moi comment ça se passe. « Ça va » finit-il par répondre, après avoir involontairement laisser planer un silence qui présageait qu'il allait peut-être en dire plus. Il aurait pu réitérer la même réponse en ce qui concernait les cours, mais il se lança cette fois ci dans une phrase complète, la première depuis qu'ils étaient monté en voiture : « Papa a l'air satisfait de mes résultats ». Or, n'était-ce pas le plus important ? « Ta ceinture ». Soudain, c'était le moins que l'on puisse dire, mais pour justifier ces propos (ou par automatisme), Noah avait avancé sa main vers la ceinture en question que Joshua n'avait pas attaché. Il s'était néanmoins rétracté en cours de route, en réalisant ce qu'il était sur le point de faire. Il ne s'agissait pas de Ren, il n'avait pas besoin de surveiller ce genre de chose.
 

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
big brother is watching u

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 575

métier/études : mannequin, chanteur -danseur et chorégraphe.

logement : chuo (ginza)

avatar
Re: forgive me, sadaaki noah ☾ Dim 16 Juil - 16:57

forgive me

sadaaki noah


tenue&cheveux ça va réponse pour laquelle il donne un silence. tu attends la suite -patiemment. tu ne t'attendais pas à ce qu'il te répondes, à ce qu'il prenne la peine de t'adresser la parole pour des choses personnelles et anodines. des choses pour lesquelles tu aurais dû être présent dés le départ. oui, ces choses là qui sont bornées et dites sans intérêts lorsque l'on partage le même toit. ren te racontes des choses parfois (cela te rends heureux) mais tu voudrais tant les entendre de la bouche du concerné... et aujourd'hui c'est, le cas. papa a l'air satisfait de mes résultats. rien que l'appellation t'agaces. qu'il en parle en ta présence t'énerves, mais tu ne laisse rien paraître. seul t'es doigts serrent un peu plus le volant en cuir, alors que ton regard ne quitte pas la route.  mh, je me fiche de savoir ce que lui pense. -je veux avoir ton ressentis. à toi. un sourire cependant, qui se veut plus doux. c'est de lui que tu veux ressentir les choses. c'est ce lui que tu veux comprendre les choses : son monde et sa manière de l'interpréter. et surtout pas à travers votre géniteur. ta ceinture. , la voiture freine doucereusement : un feu rouge. tu regardes sa main s'avancer, les yeux ronds. il se stop tout en se remettant convenablement... et toi tu restes là, ahuri face à l'instant. mais tu te reprends vite, t'attachant finalement comme il te l'avait à demi imposé.

attention particulière qui te met en suspend, toi et ta conscience trop torturée. j'ai tendance à oublier. la prudence n'est pas maître mot de ton existence -du moins en ce qui concerne ta propre personne. (...) le centre ville.tu te gares naturellement, soupirant (non pas par désarroi). sortant, tu attends que ton cadet fasse de même, verrouillant la belle. tu as fait attention (toujours) à le faire sortir lui du côté du trottoir. toc qui te reste de votre vie commune, tu fais peut-être un peu trop attention à lui -comme s'il était resté ce gamin de huit ans. ren te le fait souvent remarquer et te reprends... mais c'est plus fort que toi, visiblement.

le rejoignant donc, tu passes l'une de t'es mains dans la poche de ta veste. je- lui dire tout haut ce que tu penses tout bas. chose difficile. parce que tu as peur. merci, d'être venu. merci oui, d'avoir accepté de venir avec toi. de marcher un temps à t'es côté. de te laisser voir le monde qu'il perçoit -ne serait-ce que quelques heures. merci de faire des efforts, d'essayer de comprendre (parfois). merci, de te laisser approcher, de ne pas te rejeter. merci, de ne pas écouter votre père au point de te haïr. merci.

alors que vous tournez à un coin de rue, c'est ici que vous vous retrouviez enfants. lorsque vos parents vous autorisez à sortir tous les trois seulement pour une petite paire d'heure. où tu les amenait : au parc, manger, s'amuser. c'est ici que ren est tombé pour la première fois de la balançoire. c'est ici que noah à basculer du tourniquet. c'est ici que tu les as consolé. c'est ici que vous avez ris. ensemble. alors que vous arrivez au niveau du parc, joshua se tourne vers un marchand (qui était là, lui aussi). tu achètes sans broncher ce que ton petit frère est sensé préféré (parce que tu te souviens de tout). et enfin, tu lui tends naturellement, souriant (avec tout ton amour). tient. tu as l'impression de le revoir. d'être retourné des années en arrières. mélancolie qui te serre la gorge, tu prends simplement une boisson pour toi (oui, toujours tout comme avant).

tu te retournes vers lui. face à face. tu ne peux t'empêcher de l'admirer -lui, l'homme qu'il est devenu. tu as grandis. il te dépassera peut-être un jour. toi et t'es un mètre quatre-vingt huit. doucement tu t'assoies sur le banc, en face de ses enfants aux sourires trop parfaits. ton frère à t'es côtés, tu respires enfin. soulagé. je ne veux pas forcer les choses, noah. tu marques une légère pause. t'es lèvres pincées. (le stresse, l'anxiété). mais j'avais vraiment envie qu'on passe un moment ensemble. tous les deux. seuls. doucement tu oses le regarder. plein de compassion et d'amour. -sentiments retenus mais certains.

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
tokyo citizen | usual suspect

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 31

métier/études : étudiant en économie

avatar
Re: forgive me, sadaaki noah ☾ Dim 16 Juil - 19:29

forgive me

sadaaki joshua


tenue&cheveux Cette réponse avait toujours suffit à tout le monde. Bien souvent, on lui faisait même remarquer que c'était le plus important, qu'il rende papa fier. Son avis à lui ne divergeait pas tant que ça, il était content de ramener des notes satisfaisantes à la maison, mais à quel prix ? Il commençait à se poser la question, dans les moments de faiblesse, où il se sentait vulnérable et incapable d'être à la hauteur. Heureusement -ou pas d'ailleurs-, son père était là pour le ramener à la raison, lui donner un but dans ses études dans lesquelles il s'acharnait, et qui ne marquaient que le début de quelques années qui l'attendaient encore. Son avenir était déjà tracé, et si pour certains cela avait une valeur rassurante, lui, ne savait pas quoi en penser. Dans ces circonstances, parler de son ressentis lui semblait bien difficile -voire carrément impossible. C'est pour cette raison qu'il n'avait rien ajouter de plus  , et que son esprit en avait profiter pour dériver sur autre chose : sa ceinture. Noah n'avait pas réfléchi en avançant ainsi sa main, mais il avait fini par le faire pour se rétracter dans ce geste de sa part qui selon lui, allait juste contribuer à l'ambiance gênante qui régissait entre eux. Il n'était définitivement pas à l'aise avec Joshua ; il ne lui en voulait pas directement et se doutait que seul le temps passé loin de l'autre avait créer ce fossé entre eux. Ren avait su le surmonter, mais pas lui [...].

Arrivé au centre ville, Noah quitta la voiture et jeta un dernier regard en sa direction. Comme tous les garçons de son âge, ça s'apparentait à un rêve de conduire une voiture pareille. Même si le foyer Sadaaki ne manquait pas d'argent, il doutait qu'un jour il puisse se trouver au volant d'une si belle voiture (ça n'allait certainement pas arrivé de si tôt). Quoi qu'il en soit, leur chemin allait visiblement se poursuivre à pieds, ce qui ne l'embêtait pas plus que ça après avoir passer la totalité de sa journée assis dans sa chambre. Mais alors qu'il s'apprêtait à lui emboîter le pas, Joshua en décida autrement. Le remercier d'être venu ? Il aurait voulu lui faire remarquer qu'il était là car leur mère l'avait forcé, mais c'était un mensonge éhonté, elle avait surtout été un bon prétexte pour laisser s'épanouir sa volonté d'accepter cette proposition. « J'aimerais ne pas rentrer trop tard »l'informa-t-il non pas pour paraître tranchant, mais surtout car pas mal de boulot l'attendait à la maison. C'était la fin de l'année, mais c'était aussi le moment où leur père se montrait le plus intransigeant.
                                                                                               
Leurs pas avaient fini par les mener dans un endroit étrangement trop familier pour Noah, sans qu'il ne parvienne à savoir exactement pourquoi. Tout du moins, pas directement. Ce ne fut que lorsque son grand frère revint vers lui, avec l'un de ses bâtonnets au lait dont il raffolait que tout lui revint en tête. « Heu... merci » se reprit-il, en finissant par accepter ce qu'il lui tendait, malgré ce nœud qui se formait au creux de son ventre et qui lui passait littéralement l'envie de manger. Avait-il commandé ça hasardeusement, ou l'avait-il fait volontairement ? Faisait-il exprès de lui rappeler tout ce qu'il tentait d'oublier ? « Maman pense qu'on va devenir aussi grand que toi ». Petit déjà, Noah enviait la taille de son grand frère. Il tirait fréquemment sur le t-shirt de ce dernier pour qu'il se baisse à sa hauteur. Assis à ses côtés sur ce banc, il n'y pensait plus, même si une bonne tête les séparait toujours l'un de l'autre. Au delà de la taille, il se sentait toujours un peu comme ce gosse démuni et perdu. « Pourquoi ? ». Car Noah avait besoin de saisir, qu'il n'arrivait tout simplement plus à croire que son frère puisse simplement avoir envie de le voir, puisqu'il n'arrivait plus à penser par lui-même après s'être conditionné aux paroles, aux pensées de leur père...
 

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
big brother is watching u

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 575

métier/études : mannequin, chanteur -danseur et chorégraphe.

logement : chuo (ginza)

avatar
Re: forgive me, sadaaki noah ☾ Lun 17 Juil - 1:55

forgive me

sadaaki noah


tenue&cheveux  pourquoi ? tout s'écroule. ton monde, t'es pensées. ton coeur se meurt et te supplie (il suffoque). tu ne sais pas quoi lui répondre. -non, comment. tu ne sais pas (tu ne sais plus) ce que tu devrais lui dire, ce que tu devrais taire. alors ton regard change. décontenancé tu ne sais pas. tu ne veux pas qu'il te rejette (pas après ça). tu ne veux pas qu'il s'enfuit. qu'il te haïsse encore plus, qu'il ne voit en toi que l'homme imparfait que tu as été.

tu n'as pas envie de briser ce qu'il  a connu -ce qu'il connaît et ce qu'il vit. tu n'as pas envie de donner tord à votre géniteur car il le retournerait pour de bon contre toi. tu n'as pas envie de le perdre, de le voir de nouveau séparé de toi. alors tu hésites, t'es doigts se crispent sur ta bouteille. et au final tu souris. -tu souris parce que tu l'aimes (sincèrement). tu souris parce que tu braverais n'importe quoi pour ses yeux et ses envies. parce que tu tiens à lui plus que tout au monde. pourquoi... tu répètes sa question comme à toi-même. parce qu'elle te choque aussi. vouloir voir son cadet : y avait-il une raison plus particulière ? y devait-il en avoir une ? noah... tu n'oses pas affronter son regard, tout d'abord. puis tu relèves t'es pupilles dans les siennes (courageux). je ne sais pas ce que notre père à pu te dire sur moi. tu marques un léger blanc. décidé finalement à crever l'abcès. je ne veux, en aucun cas, revenir sur ses paroles... ton coeur se serre. encore et encore. il est lourd. -remplie par cette haine, cette rancoeur. cette tristesse, cet éloignement. rempli par le désir de pouvoir revoir t'es frères. de pouvoir partager avec eux ce que tu as manqué durant toutes ses années. mais tu es mon petit frère. je ne vois pas pourquoi est-ce qu'il me faudrait une raison ; pourquoi est-ce que j'aurais à me justifier car je souhaite te voir... tu essaies de lui faire comprendre que c'est naturel. que c'est une chose que tu n'as jamais cessé de vouloir. jusqu'à maintenant, tu as peut-être pensé que je voulais seulement revoir ton frère. tu peux comprendre son point de vue. sa manière d'aborder les choses vis-à-vis de ce qu'il voit... et tu es, au final, encore fautif. mais je n'ai pas osé venir à toi parce qu'il était là. -je ne voulais pas te mettre dans une mauvaise posture.

malgré t'es dire et t'es sentiments, ta voix reste calme. posée. alors qu'à l'intérieur de toi tout est à l'anarchie. je sais que c'est compliqué. et tu n'y es pour rien. il n'aura jamais à se blâmer pour quoi que se soit. mais tu es. et tu resteras toujours l'enfant avec lequel j'ai grandis. -ce que je ressens envers toi, rien n'a changé. et à travers tout cela, tu trouves encore la force de lui sourire. bon. tu as un peu trop, grandis. mais ce n'est qu'un détail. plaisanterie taquine, tu ne cherches pas à l'effrayer. simplement à être sincère. j'ai fait des choses dont je ne suis pas fière noah. -père n'a peut-être pas tord sur toute la ligne. mais jamais je n'ai voulu vous abandonner. toi et ren.

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
tokyo citizen | usual suspect

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 31

métier/études : étudiant en économie

avatar
Re: forgive me, sadaaki noah ☾ Mer 19 Juil - 23:29

forgive me

sadaaki joshua


tenue&cheveux Noah ne sait une fois de plus pas comment réagir face au sourire qui se dresse sur les lippes de Joshua. Mais il le fait se sentir soudainement stupide. « Laisse tomber » finit-il donc par lâcher, sans pour autant départir son regard de celui de son grand frère car il l'a veut quand même, sa réponse. Pourtant au moment où elle arrive, il ne peut contenir une petite moue renfrogné. Leur père, ce qu'il avait pu dire au sujet de l'aîné Sadaaki... il n'avait pas envie d'en parler. Il n'a pas envie d'entendre Joshua se justifier à ce sujet, se trouver des excuses et accuser leur père de menteur, tout comme il détestait que ce dernier parle en mal de son propre fils. Le visage renfrogné de Noah redevint alors lisse et doux lorsqu'il comprit qu'il ne s'agissait pas de l'attention de Joshua, qu'il n'allait pas remettre en cause tout ce que leur père s'était évertué à lui mettre en tête depuis son départ de la maison.

Parce que Noah avait baissé la garde l'espace d'un instant, il avait tout simplement fini par sourire -discrètement comme s'il n'osait pas que ça se sache- aux paroles de son frère. Il ne savait même pas à partir de quel moment un sourire s'était glissé sur ses lèvres. Savoir qu'il avait sa place, tout comme Ren, devait y être pour quelque chose. Malgré tout, il aurait aimé rétorquer qu'il pouvait bien fréquenter qui il veut -y compris Joshua- sans s'inquiéter de la réaction de leur père. Mais au fond, il semblait savoir que ce n'était malheureusement pas le cas, et que le paternel avait un peu une main sur tout en ce qui le concernait. Cela dit, Noah pensait être le seul à devoir gérer ça ; il aurait été bien lâche de mettre la faute sur Joshua dont il appréciait les efforts avec cette petite sortie, mais dont il semblait incapable de les rendre en retour. Il se muait dans un silence, en mangeant l'air de rien son bâtonnet, comme si tout ce qui se disait ne l'atteignait pas plus que ça. D'ailleurs, il lui sembla plus simple de parler au nom de leur frère. « Ren a besoin de toi ». C'était sa façon à lui de lui dire qu'il n'avait plus le droit de s'en aller une fois de plus. Il ne s'en sentait pas d'en dire plus, comme si ça aurait été malvenu de sa part de lui dire qu'il avait lui-même besoin de lui.

L'aîné n'avait pas eu tord sur un point : Noah avait effectivement grandi (et non pas que physiquement) ; il ne pensait plus avoir grand chose en commun avec l'enfant qu'il avait été. « Je suis vraiment heureux que les choses se passent bien entre toi et Ren ». Il en avait même été plusieurs fois jaloux, envieux. « Mais les choses ont changés... de mon côté ». Ce n'était pas tellement un secret, ils n'avaient jamais réussi à entretenir leur relation d'avant et maintenant, les choses semblaient bien trop dures à rattraper. « Papa ne m'a jamais interdit de te voir ». Leur père ne l'avait effectivement jamais formulé de cette façon, mais tout dans son comportement, dans ses paroles laissaient comprendre qu'il ne souhaitait pas que Noah fréquente son grand frère. « C'est moi qui en ait décidé ainsi » conclut-il en levant les yeux pour la première fois sur Joshua depuis qu'il avait décidé de dire "ce qu'il avait sur le cœur". Tout cela sonnait néanmoins étrangement faux.
 

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
big brother is watching u

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 575

métier/études : mannequin, chanteur -danseur et chorégraphe.

logement : chuo (ginza)

avatar
Re: forgive me, sadaaki noah ☾ Sam 12 Aoû - 18:27

forgive me

sadaaki noah


tenue&cheveux  noah.  noah il a toujours été ce gamin silencieux, insensible. ce gamin qui venait derrière toi sans rien dire, qui attrapait ton haut et qui atendait que tu le remarque. patient -oui noah c'était cet enfant, tu que tu as l'impression d'avoir perdu durant toutes ses années désormais. mais les choses ont changés... de mon côté. tu oses le regarder mais tu sais que cela devrait t'être interdit. parce que noah il méritait pas tout ça. il méritait pas d'avoir un frère aussi incompétent que toi. il méritait d'avoir une vie familiale aussi pourrit. c'est moi qui en ait décidé ainsi. mots qui blessent. qui assassinent. ton coeur ne se serrent plus, trop prisé par les émotions négatives. trop torturés et malmené par la situation. tu ne sais pas comment réagir, quoi répondre. oui, que dire ? tu ne peux le blâmer pour cette dureté si méritée à ton sens. qu'importe, tu encaisses et tu respires avec difficulté. ton regard s'est détourné désormais depuis un moment. tu fixes le ciel étendu, l'astre (s'évanouit). tu ne sais pas s'il ment. s'il se protège ou s'il te protège. tu ne sas pas s'il le pense, s'il dit ça comme ça. tu ne sais pas, tu ne sais rien -de sa sincérité, de sa vie, de ses espoirs, de ses rêves.

alors comment oses-tu te montrer là face à lui alors que tu ne sais plus grand chose. t'es lèvres se pincent doucement, lentement. tu dois pourtant lui répondre, ne pas laisser les choses ainsi (mais t'as pas de supers pouvoirs, connard). je comprends... tu mens ouvertement, sans honte. et puis tu souris (un peu ironiquement, mais ça, tu le garderas pour toi). t'as pas envie d'le lâcher, t'as pas envie de le voir se noyer. mais s'il faut c'est à cause de toi qu'il peine à remonter à la surface. alors t'es coincé, comme d'habitude. mais tu as raison. avec ren tout va bien. tu poses un blanc, t'es doigts se joignant simplement. j'aurais simplement aimé ne pas merder avec le premier. et tu le regardes en souriant plus franchement. parce qu'au final c'est pas maintenant que tu vas pleurer. que tu vas montrer t'es plus grandes faiblesses pourtant si bien enfouies. non. tout ça tu le gardes pour ce soir, quand tu seras seul avec ta moitié, sûrement. je suis désolé, de pas avoir été le grand frère rêvé. tu clôtures avec cela, en toute sincérité, en toute maladresse. on va y aller -ren à bientôt terminé. et tu ne veux pas qu'il soit mal à l'aise, comme toujours tu penses à ses ressentis (non les tiens). et puis noah, il passera toujours avant toi.

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
tokyo citizen | usual suspect

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 13/07/2017

messages : 31

métier/études : étudiant en économie

avatar
Re: forgive me, sadaaki noah ☾ Sam 12 Aoû - 20:09

forgive me

sadaaki joshua


tenue&cheveux Noah avait toujours été ce garçon trop franc, trop cru, non pas par méchanceté, mais tout simplement car c'était sa façon à lui de s'exprimer. Il n'était pas aussi doué que Ren pour communiquer avec les autres, il n'était pas éloquent comme Joshua ; il se donnait juste l'impression d'être l'enfant du milieu un peu perdu, à qui l'on en demandait trop. Son grand frère ne lui donnait pourtant pas la sensation de trop lui en demander : dans les faits, cette petite venue dans le parc, sa glace à la main et Joshua avec sa boisson, était tout ce qu'il y avait plus de normal. C'était le genre de journée dont il rêvait (et qui aurait été parfaite en compagnie du petit dernier), mais c'était à présent aussi celle qui venait de gâcher. Il n'avait pas conscience de l'impact total de ses paroles, mais il savait pertinemment au fond de lui qu'il venait de détruire quelque chose.

Pourtant, Joshua comprenait. Il aurait presque préféré que ce ne soit pas le cas, qu'il lui fasse remarquer que c'est n'importe quoi, qu'il ne le pensait pas vraiment. Mais il ne fit rien de tel, au grand désespoir de Noah. Il se réconfortait en se disant que tout se passait bien avec Ren, que tout était plus simple entre eux, et il se trouvait une fois de plus, à vouloir être à la place de ce dernier. Ou plus exactement, à avoir une place rien qu'à lui dans leur relation. Il ne voulait plus se sentir comme un "intru", alors que c'était lui-même qui se créait ce statut un peu plus chaque jour sans le vouloir... Même s'il était plus simple d'écouter leur père, ce qu'il disait sur Joshua (tableau qui n'avait rien de positif, ce n'est plus un secret), il n'en avait finalement jamais voulu à son grand frère. Avait-il merder ? Avait-il tord de penser qu'il était loin du grand frère rêver ? « Tu te trompes ». Noah ne saurait dire d'où lui venait soudainement ce courage, mais il n'avait pas aimer l'entendre dire ce genre de chose, tout comme il n'avait pas apprécier lorsqu'il avait pris la faute pour cet accident, lors de ses 8 ans. « J'aurais jamais voulu avoir un autre grand frère que toi ». Seule les circonstances l'empêchaient d'en profiter pleinement, mais ça, il était définitivement incapable de l'ajouter. Il se sentit d'ailleurs soudainement embarrassé d'avoir balancer un truc comme ça, d'un coup. En silence, il finissait donc son bâtonnet au lait avant de le jeter dans une poubelle à proximité, revenant ensuite vers Joshua en lui faisant un simple signe de la main pour lui signaler qu'ils pouvaient maintenant aller rejoindre Ren. Et mettre fin à ce moment gênant.
 

i m sorry. i love you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: forgive me, sadaaki noah ☾
Revenir en haut Aller en bas
 
forgive me, sadaaki noah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» vends noah's ark nes pal b complet
» Minos09 : Never forgive, Never forget
» [FS] Arcade/home - DDP Doj - OR2 - Vasara - Radilgy Noah NOS
» Chicago Bulls ... are back to business
» My Head Is A Prison And Nobody Visits ♣♣ A. Noah Henderson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
choo shitain :: la ville :: chiyoda ☾ LET ME OUT-
Sauter vers: