tokyo citizen | usual suspect

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 18/07/2017

messages : 12

métier/études : artiste, fondateur de la troupe butoh hai iro.

avatar
(nagisa), hit me like a man. ☾ Lun 24 Juil - 2:13

hit me like a man

n & y


the pretty reckless, heaven knows Son téléphone vibre encore, mais il ne décroche pas. Yuki garde ses yeux rivés vers la route, ses phares n'éclairant que partiellement sa surface. Il l'entend vibrer de nouveau. Mâchoires serrées à s'en faire grimacer de douleur, il abandonne l'espace d'un bref instant la prudence qu'il a toujours voulu arborer, et son index retrace déjà les nombreux messages non-lus de Nagisa. L'appel à l'aide constant, et le chevalier qui arrive au volant de son carrosse rouillé. J'ai compris que tu avais raté le dernier métro, j'arrive, espèce d'idiot, pense Yuki, sans toutefois poser des mots véritables sur cette pensée qui, aussitôt après être apparue, s'évapore sans demander son reste. Il veut le faire miroiter un peu, poirauter, en guise de punition pour l'avoir réveillé ; le geste est puéril et, peut-être est-ce pire que tout l'reste, il en est conscient. Il ne peut pas s'en empêcher toutefois, l'appréhension lui serrant le cœur et l'empêchant de penser correctement. Il met ça sur le compte de la fatigue. Il préfère. C'est plus rassurant, moins pinçant. Il se dit que la conversation sera à éviter ; il veut bien aller le chercher, Nagisa, il veut bien le ramener chez eux. Mais il ne veut pas parler. Car parler signifie ouvrir des portes ; des portes qu'il n'est pas encore prêt à pousser. Pas pour le moment. Par pitié, pas maintenant.

Il s'arrête finalement près de la bouche de métro fermée, laisse le moteur vrombir et ouvre la fenêtre par laquelle il passe son visage ensommeillé. Il cherche un peu du regard, s'impatiente presque alors qu'il ne s'agit que de quelques secondes. Puis le déclic lui vient. Il reconnaît sans peine la silhouette longiligne de Nagisa et l'interpelle de sa voix la plus rocailleuse.

- Nagisa, par ici. Grimpe. Yuki se penche, ouvre et pousse lui-même la portière du côté passager, attendant que Nagisa fasse son apparition dans son champ de vision avant de se redresser, presque inquiet à l'idée de voir leurs corps s'effleurer. Alors qu'à un moment, les effleurements étaient bien tout ce qu'il désirait, tout ce à quoi il pensait. Mais il y a un temps pour tout, pense-t-il, et il n'est certainement pas l'heure de s'octroyer des gestes inconsidérés. Il se racle la gorge, ajuste le rétroviseur et quitte son emplacement après s'être assuré que Nagisa s'était correctement attaché.

- La prochaine fois, fais attention.. ou appelle un taxi. J'étais en train de dormir, t'es chanceux de m'avoir réveillé. suggère-t-il de sa voix la plus patiente - ou du moins, essaie-t-il. Ses doigts ne quittent pas son volant, la tension se fait palpable dans l'habitacle et c'est en partie sa faute. - T'as passé une bonne soirée ? s'enquit-il en désespoir de cause. Il se l'était promis pourtant. Pas de conversation, pas de brin de causette. Mais l'atmosphère est lourde, dardée de sous-entendus dont il ne parvient pas à échapper. Alors il parle, il dirige la conversation là où il voudrait qu'elle aille. Tout simplement.

heaven knows we belong way down below.



"and the freedom of falling" ; you put a sour little flavor in my mouth now, you move in circles hoping no one's gonna find out but we're so lucky. kiss the ring and let 'em bow down. looking for the time of your life (no one's gonna find out), a pretty picture but the scenery is so loud, a face like heaven catching lighting in your nightgown but back away from the water, babe, you might drown. the party isn't over tonight (party in your night gown). out the back door goddamn but I love him anyway (hey). @panic! at the disco.
Revenir en haut Aller en bas
tokyo citizen | usual suspect

Voir le profil de l'utilisateur
date d'inscription : 15/07/2017

messages : 165

métier/études : artiste butoh, danseur des ombres.

logement : bunkyo, un appartement qu'il partage avec trois autres artistes.

Localisation : à taper la graille sous la pluie.

avatar
Re: (nagisa), hit me like a man. ☾ Lun 24 Juil - 2:42

hit me like a man

yukiteru & nagisa


musique - y se fait tard. assez pour que nagisa rate le dernier métro. assez pour qu'il traîne dans la rue en attendant un signe du seigneur, une quelconque preuve que quelqu'un là-haut pourrait l'aider. c'était pas bien malin de suivre les autres dans une virée nocturne. c'était pas bien de se laisser tenter par un verre ou deux et de vouloir attendre que le soleil se lève - ils ont tous faiblis, sauf nagisa qui reste debout, envers et contre tout. qui se borne, qui se bute, jusqu'à se souvenir que la fatigue prend possession de son corps, que c'est mollasson, du coton qui demande qu'à être rangé ou au moins jeté. alors il harcèle, il emmerde, il fait ce qu'il sait faire de mieux : gâcher ou sublimer une nuit. et sa victime, c'est yuki. yuki, yuki,
yuki dont il regrette tout,
les mots, les oeillades,
les caresses oubliées, les soupirs étouffés. yuki, yuki, c'est lui qu'il vient chercher, par habitude et par besoin de le coincer - y'a personne pour l'en empêcher. les mains flanquées dans ses poches, une dizaine de messages envoyés, il attend, attend en essayant de compter les étoiles, il s'y perd avant d'arriver à une cinquantaine. quand il abaisse ses paupières, il a déjà perdu sa ligne d'horizon. puis faut croire que c'est magique, onirique, voilà les lumières qui ramènent sa carcasse sur terre. voilà le sauveur sans sa cape pour rendre son entrée encore plus dramatique. y se fait pas prier, rejoint le fuyard dans sa bagnole, se pose, pousse un profond soupir de satisfaction. il a les guiboles en compote, l'esprit dans le blizzard.
il le laisse faire sa morale,
lui en balancé une bonne, il retiendra pas forcément nagisa. mais il fait comme si - ça il sait bien faire. il regarde un peu ailleurs, fixe ses godasses puis le tableau de bord. sa tête se penche sur le côté, yuki déconfit qui tente de renouer les liens qu'il a lui-même affiné. sourire attendri du plus jeune qui attache sa ceinture.
- merci. qu'il marmonne, laisse au silence le reste du job pour le rendre plus audible. il étire un peu ses épaules, réveille ses muscles endoloris. il laisse passer un rire discret. y se dit que ça doit faire au moins deux semaines qu'il a pas vu yuki d'aussi près. plutôt, ouais. j'ai pas fait attention à l'heure ni... au reste. désolé. air contrit qu'il ponctue de sa fausseté, de son manque de culpabilité. égoïste grand gamin qui se vanterait presque d'avoir eu un tel coup du destin,
fixette sur sa bouche dessinée,
deux pétales qui se sont rencontrées, collées. une rose fanée.
- honnêtement j'pensais pas que tu viendrais. glisse son sous-entendu pour l'oreille qui veut bien l'entendre, la comprendre, c'est un peu l'euphorie muette qui prend place, le peu dans le sang de saké qui continue de flotter. ça m'rassure. je croyais avoir fait un truc. pas qu'un, pas que deux, pas que trois. plus. à en compter, à s'en enivrer, à oublier, à se laisser, pas le seul fautif, faut être deux pour jouer aux plus insouciants, faut être deux pour jouer aux plus souffrants.

you slow dance, demons that live within.


はいいろ - ce n'est pas yasuko qui se donne à moi, mais c'est moi qui me donne à elle, et gratis en plus. je suis un prostitué bénévole. ce genre de réflexions autodépréciatrices, loin de le tourmenter comme autrefois, l'amusait plutôt. la fatigue lui permit de s'endormir aussitôt. comme une putain paresseuse.
Revenir en haut Aller en bas
 
(nagisa), hit me like a man.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Crédits
» Cosplays Professeur Layton
» Assassination Classroom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
choo shitain :: la ville :: minato ☾ WE GOT THE POWER-
Sauter vers: